e-Dossiers

e-Dossier: Question jurassienne et politique internationale

Affiche pour la votation du 24 septembre 1978 concernant la création du nouveau canton du Jura, publiée par le comité d’action national en faveur de la création d’un nouveau canton (Bibliothèque nationale suisse)

«Nous nous ridiculisons aux yeux des pays étrangers, qui ont de plus en plus l’impression que la Suisse ne peut pas faire face à ses problèmes de minorités», se plaint le chef du Département militaire Paul Chaudet lors de la séance du Conseil fédéral du 17 mars 1964 (dodis.ch/31968). La question jurassienne occupe à l’époque de plus en plus la politique fédérale.

e-Dossier: Les 50 ans de la répression du «Printemps de Prague»

Chars soviétiques sur la place Venceslas à Prague. La photo de cette scène d'occupation a été envoyée par l'ambassadeur suisse Campiche (dodis.ch/32516)

«Avons été pris sous feu soviétique. Tirs ont été dirigés contre bâtiment ambassade». Tel est en substance le câble que reçoit Berne de sa représentation à Prague le 21 août 1968 à 11h30. Il y a 50 ans, quand les troupes du Pacte de Varsovie occupent la Tchécoslovaquie, les diplomates suisses se trouvent au cœur de ces événements dramatiques.

e-Dossier: Les 50 ans de l’affaire Bührle

Avers et revers des «colis en provenance de Suisse»: ainsi décrit le magazine satirique Nebelspalter du 11 décembre 1968 la coexistence de livraisons suisses au Nigeria de matériel de guerre et de fourniture de secours.

Depuis des mois déjà, Fritz Real soupçonne qu’un grand nombre de canons anti-aériens suisses exportés illégalement ne soient utilisés dans la guerre civile nigériane. Le 12 juin 1968, l’ambassadeur de Suisse à Lagos obtient la preuve décisive «qu’il y a bel et bien une violation flagrante de la réglementation suisse en matière d'exportation par l'entreprise Bührle & Co.»

e-Dossier: L’«automne allemand» en Suisse

Le 22 septembre 1977, le Président de la Confédération K. Furgler et le Conseiller fédéral P. Graber reçoivent le Président de la RFA W. Scheel et le Ministre des Affaires étrangères H.-D. Genscher à l’aéroport de Belp. Source: dodis.ch/50276.

Pour les Allemands, la priorité consiste à montrer que tout est normal. Cependant, en automne 1977, lorsque le Président Walter Scheel est en visite d’État à Berne, la République fédérale allemande est plongée dans sa plus grave crise depuis l’après-guerre. En effet, la RAF a commencé son «Offensive 77». C’est le début de l’«automne allemand» marqué par la peur et la mort.

e-Dossier: La guerre des Six Jours en 1967 – le rôle de la Suisse

Caricature publiée dans un journal égyptien peu avant le déclenchement de la guerre des Six Jours.

Le 6 juin 1967, huit chefs de mission arabes se présentent devant le Conseiller fédéral Willy Spühler pour effectuer une démarche très inhabituelle pour les standards diplomatiques: après avoir violemment protesté contre la «tendance anti-arabe» de l’opinion publique et de la presse suisses, les ambassadeurs déclarent que cette attitude «va à l’encontre de l’esprit de la neutralité suisse».

L’«affera Conradi»: L’assassin grischun e la revoluziun

RTR Cuntrasts: 1923 sajetta Moritz Conradi a Losanna in diplomat sovietic d’aut rang. Il Russ-Svizzer cun ragischs grischunas vesa sa sez sco il nov Gugliem Tell che vul deliberar la carstgaunadad dal communissem.

Avant 40 onns ha el purschì materia per in film da kino russ «emplenì cun clischés sovietics» (dodis.ch/49291). L’onn 1977 s’interessavan era cineasts en Svizra per «il tema anc adina pulit brisant» (dodis.ch/49292): I sa tracta da l’assassinat dal diplomat sovietic Wazlaw Worowski tras Moritz Conradi, in Svizzer en Russia, l’onn 1923 a Losanna. In mazzament cun consequenzas extendidas.

e-Dossier: L'«affaire Conradi»

Image provenant du Daily Herald du 17 novembre 1923. À la une: «Acquittement de Conradi», «Incroyable verdict du jury suisse», «Conséquence naturelle d'un procès partial». Source: E4320A#1000/849#68*

Aveu d’un meurtrier: «Il est probable que seuls nos descendants comprendront, et me seront reconnaissants, d'avoir, le premier, engagé le combat contre […] cette bande internationale de criminels», déclare Maurice Conradi dans le procès-verbal de la police lausannoise. Le 10 mai 1923, à l’hôtel Cécil, le Suisse de Russie tire devant témoins sur le diplomate soviétique Vatslav Vorovski.

Pages