Saggi di Dodis 2 | 2020/1

 

Le rappel d’ambassadeur – une arme de la diplomatie suisse

Killian L’Eplattenier

En septembre 1975, le Conseiller fédéral en charge des affaires étrangères, Pierre Graber, décide de rappeler «pour consultations» son Ambassadeur à Madrid, en guise de protestation contre les exécutions sommaires du régime franquiste agonisant. Il crée un précédent tantôt salué – au nom des valeurs humanitaires de la Suisse –, tantôt décrié – au nom de la neutralité, alors encore synonyme d’abstention. Première étape de «manifestation officielle» d’un désaccord en matière d’affaires internationales, le rappel pour consultations est un des instruments permettant de signifier une divergence dans l’arsenal diplomatique des États. Si son utilisation en 1975 questionne la pratique de la politique étrangère suisse, elle ne consacre guère le rappel pour consultations comme instrument fécond de la diplomatie suisse.

 

Permalink: dodis.ch/saggi/2-1
DOI: 10.22017/S-2020-1
ISSN: 2571-6964