e-Dossier: Les 80 ans de la Nuit de Cristal

La synagogue de la Börneplatz de Francfort-sur-le-Main est incendiée par une foule nationale-socialiste dans la nuit du 10 novembre 1938. Source : www.alemannia-judaica.de

«Des hordes d’adolescents armés de haches et de pieds-de-biche écumaient la ville, détruisant les vitres des magasins juifs, y pénétrant et ravageant tout à l’intérieur», rapporte Hans Dasen à la légation de Berlin, le 11 novembre 1938. Il y a 80 ans, le gérant du consulat de Suisse à Francfort est le témoin de la «Nuit de Cristal» (dodis.ch/46704). Ni lui, ni son collègue, le consul Franz Rudolph von Weiss, à Cologne, ne perçoivent dans ce pogrom une «réaction spontanée du peuple allemand», comme le prétend le ministre du Reich Goebbels; ils reconnaissent au contraire clairement «que cette action inhumaine à l’encontre les juifs était menée conformément à un plan établi en haut lieu» (dodis.ch/46705).

Protection diplomatique, mais sans réserves

Le ministre suisse à Berlin, Hans Frölicher, est soulagé que «seuls quelques citoyens suisses, heureusement, aient subi des dommages» (dodis.ch/46710) au cours de cette nuit de pogrom. À Berne, le ministre des Affaires étrangères Giuseppe Motta charge Frölicher d’exiger du gouvernement allemand une indemnisation pour le préjudice subi par ses concitoyens – à qui la protection diplomatique «ne serait pas refusée» si elle était requise. Cependant, le diplomate doit à tout prix s’abstenir de faire «des réserves générales et fondamentales» qui «pourraient être interprétées à tort comme une prise de position sur les mesures allemandes contre les juifs» (dodis.ch/46711).

«... à leur complète extermination»

L’assassinat, le 7 novembre 1938, du secrétaire de légation Ernst Eduard vom Rath de l’ambassade allemande à Paris par Herschel Grynszpan sert de prétexte au pogrom de novembre. Le ministre Walter Stucki assiste aux funérailles de Rath à Paris et invite ensuite le secrétaire d’État Ernst von Weizsäcker à un dîner «en famille». Interrogé au sujet des pogroms, von Weizsäcker déclare: «Les quelque 500’000 juifs qui vivent encore en Allemagne devraient, à n’en pas douter, être expulsés d’une manière ou d’une autre, car ils ne peuvent rester en Allemagne. Mais si, comme jusqu’à maintenant, aucun pays n’est prêt à les accepter, alors ils courent tôt ou tard à leur complète extermination» (dodis.ch/46709).

 

Cf. aussi le e-Dossier «La Suisse, les réfugiés et la Shoah».